Passer au contenu principal

Hôtel SH Florazar 3 *

Carretera Gombalda, s/n, 46560 Massalfassar, Espagne |Voir sur la carte
à partir de 15
  • Services et conditions
  • Information utile
  • Emplacement
  • Opinions

Choisissez votre chambre

.
.

À partager

7,7
Note Destinia
Note basée sur 66 avis
35
Note Tripadvisor Note basée sur 194 avis

Le prix moyen par nuit pour cet hôtel pour les prochaines nuits

30/05/2017 - 04/06/2017 05/06/2017 - 11/06/2017 12/06/2017 - 18/06/2017 19/06/2017 - 25/06/2017
21 36 24 31

Prix indicatif (basé sur des recherches consommateurs) par personne et par nuit basé sur le tarif le plus économique.


Services et conditions: Hôtel SH Florazar

  • Services de la chambre
    • Air Conditionné
    • Coffre Fort
    • Minibar
    • TV par satellite
    • Téléphone 
    • Télévision
  • Services de l'hébergement
    • Ascenceur
    • Bar/Cafeteria
    • Centre Business
    • Salle de Réunions
    • Centre Internet
    • Jardin/Terrasse
    • Blanchisserie
    • Accès personnes à mobilité réduite
    • Chambres Non-fumeurs
    • Stationnement
    • Restaurant
    • Service Chambres 24 Heures
    • WIFI
  • Autres installations
    • Piscine

Information utile: Hôtel SH Florazar

Autres noms de Hôtel SH Florazar:
Hotel Sh Florazar Valencia

Situation: Hôtel SH Florazar

L'hôtel est à Massalfassar, au nord de Valencia. La côte est à environ 300 m et le centre-ville de Valencia est à environ 8 km. C'est l'endroit idéal pour les loisirs comme pour les affaires.

The hotel can be reached along the N-221 (Massalfassar exit).


Points d'intérêt les plus proches

Avis: Hôtel SH Florazar

7,7
Nous avons reçu jusqu\'à maintenant 1 avis sur l\'hôtel Hôtel SH Florazar.
8
8.0
Service
6,9
6.9
Emplacement
7,6
7.6
Etat et propreté
8,5
8.5
Rapport Qualité/prix
7,7
7.7
Installations et confort
  • 7,2
    Mes impressions sur cet hôtel
    - 30 août 2009

    Hotel de qualité, bien équipée un rapport qualité prix très bien personnel agréable et

    disponible.

    Bonne note sur l\'ensemble des prestation.

    MARC DELORME